Film médical : la préparation…une étape primordiale !

By Agnes 4 années ago

Si le matériel de tournage a considérablement évolué ces dernières années grâce à l’évolution de la technologie et à la miniaturisation et permis de fait de simplifier la réalisation d’un film médical, il n’en demeure pas moins que ce type de projet nécessite toujours une préparation minutieuse pour éviter les écueils et les moments de stress inutiles.

Quelques points clés pour une préparation réussie :

1) Déterminer la cible et les objectifs du film médical

Grand public, patients, professionnels de santé, enfants… ? Film médical à destinée pédagogique, formation des médecins, information du grand public…Selon la cible et l’objectif, la manière de passer le message ne va pas être la même, le contenu sera différent et donc les plans à tourner et les questions à poser aux interviewés différents. Premier élément à ne pas négliger !

 

2) Rédiger un script

L’objectif d’un film médical peut être multiple : former des professionnels de santé sur une technique, informer le grand public sur une pathologie et ses traitements, évaluer le niveau de connaissances … Cette vidéo peut être plus ou moins longue selon le niveau d’information que l’on souhaite délivrer et peut nécessiter d’interviewer plusieurs personnes dans différents lieux. La préparation du tournage et la rédaction d’un script est importante pour :

  • déterminer les différents plans à tourner le jour J par l’équipe de tournage (chambre d’hôpital avec un patient, consultation de médecin, bloc opératoire…)
  • évaluer les personnes à interviewer (équipe médicale, patients, entourage…)
  • repérer les lieux si nécessaires
  • évaluer le temps de tournage
  • déterminer l’équipe et le matériel de tournage adéquats
  • structurer la vidéo en amont du montage

 

3) Prendre contact avec les futurs interviewés en amont du tournage

Interviewer des patients pour un film médical n’a pas le même impact qu’interviewer le grand public à la sortie d’un concert. Les patients qu’on interroge, parfois à leur domicile ou dans leur chambre d’hôpital, nous livrent leur histoire, leurs craintes. Ils nous font confiance pour retranscrire avec justesse leurs propos. Discuter avec les patients en amont du tournage sur le déroulé d’une interview ou de la journée est un véritable plus. Cela nous donne également l’occasion de déterminer les futurs plans à tourner (selon qu’ils habitent dans un appartement ou une maison, on aura plus ou moins de plans à tourner – intérieur et extérieur ; s’ils reçoivent une infirmière à domicile, cela peut être l’occasion de filmer cette séquence, à condition d’en avoir demandé l’autorisation au soignant…). Si l’on a pas la possibilité d’accéder à cette étape, la discussion avec le médecin en amont est essentielle afin qu’il nous donne les éléments d’information nécessaires (nombre de patients acceptant d’être interviewés, les lieux…).

Toujours concernant les médecins (et les soignants en général), comme ils font face à des journées souvent très denses, nous nous devons de perturber au minimum leur journée de travail. La préparation en amont doit donc nous y aider. Il est ainsi important de déterminer avec eux où l’on peut les interviewer et filmer leur travail (leur bureau, avec l’équipe médicale, en compagnie d’un patient, dans les couloirs de l’hôpital…).

Autre élément à ne pas oublier : si l’on tourne à l’hôpital, il est nécessaire de prévenir le service de communication pour obtenir une autorisation de tournage. De même, à la fin de chaque interview, les interviewés doivent signer une autorisation de droit à l’image.

 

4) Préparer les questions à poser et lister les plans à tourner

Une journée de tournage étant toujours très dense avec plusieurs personnes à interviewer et de nombreux plans à tourner, la préparation des questions pour chaque personne est essentielle (un conseil : 1 personne, 1 page).

Lister les plans à tourner est le second point clé à préparer pour le jour J, plus on en fait mieux c’est (un monteur vous dira toujours qu’il n’a jamais assez de plans !!). Si par exemple dans le film médical, on souhaite parler de diverses techniques de laboratoire, mieux vaut avoir listé les appareils, les équipes et autres lieux que l’on souhaite filmer pour venir en support des propos recueillis. Sinon, il manquera un élément visuel important à la bonne compréhension du film.

 

5) Préparer le matériel de tournage

C’est l’outil de travail qui sublime le projet de film médical. Il s’agit donc de bien évaluer de quoi il sera composé pour capter les images que l’on a en tête. La caméra tout d’abord. Il en existe pléthores. Selon le projet, il est important de bien déterminer avec le cadreur et/ou le réalisateur celle qui sera la mieux adaptée au tournage. Par exemple, si l’on doit se déplacer beaucoup (sur un congrès médical, dans un hôpital…), on privilégiera un matériel léger : la Cannon EOS C300 constitue un très bon choix offrant à la fois légèreté et qualité d’image haute résolution exceptionnelle. En complément de la caméra, il est bon de prévoir plusieurs objectifs dont un grand angle. Enfin, un autre élément à ne pas négliger, la lumière. C’est notamment primordial sur des lieux de tournage comme un centre des congrès ou un hôpital. Un lite-panel, peu encombrant, peut être très utile dans ces conditions.

Avec ces quelques conseils, le tournage devrait bien se passer !

Category:
  Conseils
this post was shared 0 times
 000