Rédaction médicale et scientifique : 5 règles incontournables et applicables facilement 

By Agnes 4 années ago

Que l’on se destine à écrire un article pour la presse spécialisée, rédiger une brochure à destination des patients, concevoir le contenu d’un site web sur une pathologie ou encore écrire un article scientifique destiné à être publié dans un journal scientifique, quelques règles d’écriture sont essentielles dans la rédaction médicale. J’ai sélectionné pour vous 5 d’entre elles.

1. Choisir des sources d’information fiables

Aujourd’hui, nous sommes abreuvés d’information via internet, les réseaux sociaux, les médias…Un élément primordial dans la rédaction médicale et scientifique est de produire un contenu issu de sources fiables. Pour vous aider à les identifier, voici quelques exemples :

  • publications de sociétés savantes françaises, européennes ou internationales (ex : société française d’hématologie-SFH, European Society of Cardiology –ESC, American Psychiatric Association – APA…)
  • documents issus d’organismes publics (Haute Autorité de Santé-HAS, Centre National de Recherche Scientifique-CNRS, Agence Nationale de Sécurité des médicaments et des produits de santé – ANSM, Food and Drug Administration – FDA…)
  • articles issus de journaux scientifiques ou médicaux soumis à comité de lecture (The Lancet, Nature, Annales d’Endocrinologie…)
  • ouvrages signés par des experts reconnus dans leur domaine (avec numéro ISBN)

2. Utiliser un vocabulaire simple mais riche

Quelle que soit la cible pour laquelle on écrit, l’objectif est d’être lu et compris. Quelques astuces pour y parvenir :

  1. Utiliser des phrases courtes et claires
  2. Eviter les redondances (ne pas répéter plusieurs fois dans un paragraphe le même verbe, le même adjectif…)
  3. Proscrire l’utilisation de verbes pauvres qui alourdissent le style (ex : faire, avoir, mettre, devoir…)

3. Mettre en valeur le texte

Dans un monde où l’information foisonne, donner à votre cible l’envie de vous lire constitue l’une de vos priorités. Que l’exercice de rédaction médicale soit d’écrire un article ou bien encore de rédiger le contenu d’un site web, sublimer le texte est essentiel.

a. Choisir un titre accrocheur

N’essayez pas de trouver un titre à tout prix avant d’avoir écrit le contenu. C’est bien souvent une fois que l’on a couché ses idées sur le papier et qu’on a structuré le texte que le titre vient. 1) Notez toutes les idées qui vous viennent en tête, 2) au fur et à mesure, recentrez-les selon l’objectif que vous souhaitez donner à votre contenu (selon l’angle que vous avez choisi pour un article par exemple), selon le lecteur que vous ciblez puis enfin selon le style que vous souhaitez lui donner (sérieux, dynamique, avec des jeux de mots…).

b. Illustrer votre propos

Dans ce but, ajoutez une photo, un graphe, un tableau, une vidéo selon le contenu que vous délivrez et les sources que vous utilisez. A noter : si vous utilisez une illustration qui ne vous appartient pas, celle-ci peut être protégée par des droits d’auteurs. Il est donc nécessaire de toujours s’acquitter de ces droits avant utilisation. Par exemple, si la photo que vous avez choisie est issue d’une banque d’images (ex : Getty, Shutterstock…), vérifiez bien la licence qui y est associée.

4. Référencer le contenu 

De la même manière que vous aurez choisi des sources fiables d’information, le lecteur doit pouvoir en avoir la certitude. C’est pourquoi, quel que soit le type de contenu délivré, il est nécessaire de le référencer, c’est-à-dire d’indiquer à partir de quelles sources l’information est tirée. Si vous rédigez un article de presse à partir d’une interview de médecin, le lecteur doit pouvoir l’identifier rapidement : indiquez le nom de l’expert au début ou à la fin de l’article. S’il s’agit d’un article dont l’information est issue d’un congrès médical (d’une présentation orale ou d’un poster), on doit pouvoir en avoir l’indication dans l’article. Si le travail de rédaction médicale concerne une brochure destinée à des médecins ou un article à soumettre à une revue scientifique, les références doivent être clairement identifiables à la fois dans le texte (sous la forme d’un numéro en exposant) et à la fin du document. Une exception toutefois : s’agissant de documents destinés aux patients, on peut se passer de faire figurer la bibliographie dans le support (l’objectif étant pour cette cible de délivrer une information simple et claire, ajouter les références pourrait complexifier le document).

5. Relire, relire, relire !

Rien de plus dommageable que de trouver des fautes d’orthographe dans un texte, quelle que soit la qualité du contenu. Ces coquilles en disent long sur la rigueur avec laquelle le rédacteur a travaillé. Relire son texte est donc essentiel et pas uniquement pour corriger l’orthographe. Cette dernière étape est primordiale également pour vérifier la cohérence du texte, la pertinence des titres, des accroches, bref, la fluidité et la bonne compréhension du message.  Consacrer du temps à cette dernière étape est donc toujours essentiel dans la rédaction médicale !

Category:
  Conseils
this post was shared 0 times
 000